• +33 (0)9 83 62 86 79
  • contact@jitec.fr
  • 3-5 Cité Férembach 75017 PARIS

Cette réduction permet de réduire le coût salarial supporté par l'employeur lorsque les salaires sont inférieurs à 1,6 fois le smic.

Cette aide est dégressive à savoir que l'aide diminue en fonction de la hausse du salaire selon la formule complexe suivante :

Entreprise de 1 à 49 salariés : 0,3205/0,6 * [((1,6*smic)/sal mensuel)-1];

Entreprise de plus de 49 salariés : 0,3245/0,6 * [((1,6*smic)/sal mensuel)-1]

Si ce texte qui avait été créé pour assurer une meilleure compétitivité nationale est une bonne chose, son caractère dégressif rend toute augmentation de salaire couteuse.

Prenons l'exemple d'une entreprise de 1 à 49 salariés, avec un salaire au smic, un salaire au smic+200 €, et un salaire au smic+400 €.

Les charges patronales sont estimées hors réduction générale à 50 % du salaire. Le coût total supporté par l'employeur est le suivant :

 Smic : 1539 Chg patronales : 769 /Red générale : - 494 / Coût total : 1 814 €

 Smic+200 : 1739 Chg patronales : 869 /Red générale : -388 / Coût total : 2 220 €

 Smic +400 : 1939 Chg patronales : 969 /Red générale : -280 / Coût total : 2 628 €

A travers cet exemple on s'aperçoit qu'une augmentation de salaire de 200 coûte presque 400 pour l'employeur, soit le double. Il est donc important de bien mesurer cet aspect, et son impact sur son compte de résultat notamment pour les entreprises à main d'œuvre peu qualifiée.

De même, ceci tend obligatoirement les négociations sur les revalorisations annuelles de salaire, dans un contexte où l'on parle beaucoup de pouvoir d'achat, surtout qu'une augmentation de salaire de 100 €  n'apporte au salarié qu'un revenu disponible d'environ 75€   après charges sociales et fiscales (pour un coût de 200 €  pour l'employeur).